Le continent de Mu

Aller en bas

Le continent de Mu

Message par Admin le Mer 26 Fév - 0:57

Plus vieux encore que l'Atlantide, un continent qui serait en fait le berceau de l'humanité, englouti en quelques heures par un cataclysme naturel. Une civilisation prodigieuse qui possédait des colonies, dont les peuples se mêlaient harmonieusement... Un paradis perdu, quelque part sous les eaux du Pacifique. C'était il y a 12 000 ans ; Patricia Chirot part sur les traces de Mu, le continent oublié, qui est peut-être à l’origine de tout.

Symbolisme et cosmogonie

Mu disposait d’une transmission originale de son savoir, qui nous est aujourd’hui familière du fait du développement des échanges électroniques privilégiant la perception visuelle : des signes graphiques illustraient les concepts de manière directe au lieu de discours incomplets ou peu adaptés à l’auditoire. Ce langage symbolique fut étudié par James Churchward qui nous a livré ses transcriptions. Le cercle, le triangle équilatéral, le carré, l’étoile, le tau, sont quelques unes des figures utilisées et qui se retrouvent en tant que symboles universels. La svastika représentait « les 4 Grandes Sacrées », les forces qui président à la création de l’univers selon la Loi et l’Ordre Cosmiques. Un diagramme cosmogonique de plus de 35 000 ans servait de livre aux adeptes afin qu’ils puissent se remémorer les principes qui régissent la création ainsi que la constitution de l’homme. Ce graphique rappelle aussi que l’homme est soumis à 12 tentations terrestres qui sont autant de chemins pour parvenir aux 12 portes du ciel. L’image d’un grand serpent était aussi employée pour décrire l’esprit de Mu qui s’étendait à ses colonies. Plus tard, ce même type de transmission du savoir fut repris afin d’expliquer aux populations le cataclysme qui engloutit la mère-patrie. La doctrine de la réincarnation était enseignée. Osiris n’était pas un dieu du panthéon égyptien, mais il aurait existé en tant que Sage de Mu, restaurant par des réformes la pureté du culte de la Divinité et le rôle de l’homme au sein de la création. L’Amour constituait le Principe Premier qui pouvait redonner à l’âme de l’homme, éloignée de la Divinité de par son propre choix, son rayonnement émané du Soleil des origines. Les habitants de Mu apprenaient que les symboles n’étaient qu’une représentation permettant à l’esprit de pénétrer l’essence sacrée de l’univers ; par conséquent, ni théologie ni dogme ne pouvaient enfermer cette vivante connaissance reposant sur l’expérience directe de la conscience. Après la submersion de la mère-patrie, des déviations brisèrent ce principe et la superstition imprégna les religions autoritaires basées sur l’avidité et le pouvoir. Si le sens du sacré régnait sur la vie quotidienne, il se prolongeait naturellement par la science physique. Mu aurait mis en lumière l’atome et les rayonnements électromagnétiques

Une connaissance de l’énergie atomique

Les textes Naacals dérouleraient une succession de schémas démontrant la façon dont les Forces Sacrées opèrent dans la matière. Pour cette civilisation, le Soleil possède un centre en fusion qui se frotte à une croûte plus dure, engendrant une énergie qui se libère suivant une courbe d’ouest en est – à ce propos, Churchward se tourne vers les scientifiques car le fait l’étonne lui aussi -. Ce rayon courbe vient alors frapper la Terre. En retour, celle-ci émettrait un rayonnement en direction du Soleil. Les deux astres travailleraient donc ensemble, l’un régénérant l’autre dans un mouvement continuel ! Mais il y a plus étonnant : il existerait un autre Soleil, le vrai qui est invisible et qui anime celui que nous percevons : selon cette cosmogonie, notre soleil visible est… froid. Selon la terminologie Naacal, du vrai Soleil émane la Force de Vie. Par un enchaînement logique, la matière serait constituée d’une sorte d’étoile à 4 branches nommée « quatre en un », analogue à un électron. Une force magnétique fait tourner l’atome jusqu’à son épuisement et à son expulsion. Dans le vivant, les atomes épuisés sortiraient par la peau au moyen de l’eau. Cet élément jouerait donc un rôle capital dans la propagation de l’énergie vitale. Poursuivant sa démonstration, Churchward explique que le Déluge était un cataclysme logique visant à préparer la croûte terrestre à développer une nature encore plus riche. A la fin de l’ère tertiaire, le magnétisme du soleil attira le pôle au vrai nord, brisant les glaces qui s’abattirent en déferlantes sur l’hémisphère nord tandis qu’un mouvement inverse déversait des trombes d’eau depuis le bas de cet hémisphère, tuant les animaux sibériens de l’époque. Que pense la science actuelle de ces théories ? Le premier doute concerne les fameuses tablettes Naacals : seul Churchward les étudia… elles furent ensuite soigneusement remisées dans le monastère du sage. L’archéologue amateur commit aussi des erreurs géographiques, situant Tihuanaco au Pérou alors qu’elle se trouve en Bolivie, ou mentionnant différents lieux de dépôt des précieuses tablettes Naacals, en Inde ou au Tibet… D’autre part, les bouleversements géologiques de l’ère tertiaire se sont produits alors qu’aucune présence humaine n’a été attestée, du moins pour l’instant. En outre, le bassin océanique où aurait sombré Mu est bien antérieur à l’ère tertiaire, puisqu’il a été daté de l’ère primaire et déjà, les formes de vie de cet endroit étaient très diversifiées. D’autres tenants de la théorie de Mu sont eux aussi désignés comme des personnes scientifiquement peu crédibles ; c’est le cas d’Auguste Le Plongeon ou de l’abbé Brasseur de Bourbourg dont la traduction du « Codex Troano » provoque de sérieuses contestations. Quelques scientifiques concluent que nous ne disposons d’aucune preuve justifiant une catastrophe d’aussi grande ampleur ; par exemple, au 18e siècle, un théologien nommé Johann Reinhold Forster voyait dans les crêtes déchiquetées de la Polynésie les vestiges de Mu, thèse qui n’a jamais pu être confirmée. Plutôt qu’un phénomène d’explosion dû à des poches gazeuses, l’impact d’une comète géante qui aurait modifié la terre figure parmi les hypothèses plausibles. La disparition d’un continent a très bien pu se produire à une époque très ancienne : on sait combien la région est instable en raison des activités volcaniques qui s’y déroulent. Des chercheurs considèrent possible une civilisation prodigieuse recourant à des techniques inconnues : mentionnons les statues « Mogwaï » et le complexe cultuel de l’Ile de Pâques, des monuments colossaux ou des routes dallées à la perfection, des édifices impressionnants situés à des distances importantes de carrières … Parallèlement, les traditions de nombreux peuples se rejoignent alors qu’ils n’ont pas pu établir de contacts, comme celle d’un déluge d’eau et de feu qui aurait tout fait disparaître à la surface de la terre ou celle d’habitants à la culture très avancée qui auraient brutalement péri dans une catastrophe. L’étude des langues de ces ethnies révèle aussi de curieux points communs.

Admin
Admin

Messages : 62
Date d'inscription : 22/11/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://enigma-toulouse.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum